Retour Actualité |

Ce qui compte…

Sur la cartographie de la 12e Route du Rhum – Destination Guadeloupe, ce samedi matin, un peloton de 36 Class40 a franchi le col de l’anticyclone des Açores. Ces 36 solitaires ont entamé la descente tout schuss vers la Guadeloupe, genoux bien pliés, épaules voutées et changements de carres à anticiper. L’étrave est tournée vers le sud – sud-ouest, dans un vent qui vient de l’est et un courant modéré du sud-est. Dans ces conditions, là aussi, ce qui compte, c’est le planter de bâton. 

On parle bien sûr des appendices que sont les dérives, les safrans et la quille. Sur la piste rouge de l’alizé, Ian Lipinski aurait pu et dû bénéficier d’un avantage non négligeable apporté par son Class40 Crédit Mutuel. Le dessin (r)évolutionnaire de David Raison aurait dû conférer à Ian un potentiel de vitesse supérieur dans ces allures où le vent fort vient en travers du bateau. Las, un bâton est tordu et le schuss est un peu moins fluide. Lorsqu’il a touché un objet dur, il y a deux jours, son voile de quille a été déformé. Le voile de quille est le carénage en matière composite qui entoure le bras de quille en acier, le protégeant de la corrosion tout en optimisant l’hydrodynamisme de cette pièce immergée. Ian estimait avant-hier qu’il avait dû perdre, dans cette énième mésaventure technique, 10% de ses capacités de vitesse. Ce qui est conséquent quand on fait la course. 

Pour autant, notre skipper ne chôme pas. Il compte certes un peu plus de 300 milles de retard sur le leader Yoann Richomme : il comptait ce matin 94 milles d’avance sur le 2e, Ambrogio Beccaria, 98 sur Corentin Douguet et 116 sur Simon Koster. Le 5e, Antoine Carpentier, est à 168 milles. Il sera difficile pour Ian de recoller au top 4, mais les cibles ne manquent pas, à commencer par le top10 que clôt actuellement Kito de Pavant. Symbolique et significative à la fois, cette 10e place est évidemment très convoitée. Malgré sa perte de potentiel, Ian avance un tout petit peu plus vite que les bateaux qui sont dans ses alentours. Laissons-le grignoter : le skipper de Crédit Mutuel doit avoir la fringale.

News

Actualité |

Le sens du partage

Actualité |

Le programme de la saison 2023