© Copyright 2019 Crédit Mutuel
retour Retour Actualité | Nov. 2019

Combinaison gagnante

Après quelques jours de repos bien mérités, Ian Lipinski et Adrien Hardy reviennent sur leur Transat Jacques Vabre victorieuse.

Une première

Cette première Transat Jacques Vabre Normandie – Le Havre marquait pour Ian Lipinski ses débuts en Class40. « C’était un peu impressionnant » nous confie le marin qui avait choisi pour l’accompagner dans ce challenge, un skipper déjà connaisseur de la route du café en la personne d’Adrien Hardy.

Gagner une Jacques Vabre c’est pas mal !

Ian Lipinski à l’arrivée à Salvador de Bahia

Duo d’exception

Exercice particulier, la Transat Jacques Vabre est une course en double qui nécessite confiance et respect mutuel entre les coureurs. Ian et Adrien ont su tirer le meilleur de leur amitié et de leurs parcours respectifs : « j’ai appris énormément au contact d’Adrien » nous livre Ian Lipinski avant d’ajouter « Adrien, de par son expérience m’a aidé à gérer la course psychologiquement ».

Comme le souligne Adrien, en double lorsqu’il s’agit de stratégie, « la difficulté c’est de ne pas être en opposition sur les points de vue et d’arriver finalement à un compromis qui serait la neutralité. Il faut réussir à rester malgré tout dans l’option tranchée ».

Un bateau révolutionnaire

Que des bonnes surprises concernant les capacités de vitesse du Class40 Crédit Mutuel ! Ce plan David Raison avait montré un fort potentiel durant les entrainements mais le peu de temps de fiabilisation octroyé à l’équipe laissait planer le doute… « C’est un soulagement et une satisfaction » pour Ian Lipinski qui insiste « l’objectif est rempli ! ». On peut donc applaudir et remercier toutes les personnes qui ont dessiné, construit, préparé le bateau, « une bonne partie du mérite leur revient » déclare Adrien en toute humilité.

Une stratégie audacieuse

Outre les qualités incontestables du Class40 Crédit Mutuel, Ian Lipinski et Adrien Hardy ont fait un parcours remarquable d’un point de vue stratégique.

Pour Adrien, les premières nuits sont les plus importantes : « Il y a deux, trois jours pendant lesquels il est primordial de prendre les bonnes décisions ». Et c’est ce qu’ils ont fait puisque très tôt, nos deux skippers se sont lancés dans « l’option Ouest » au lieu de suivre la route directe vers la pointe Bretagne comme le reste de la flotte. «  Grâce à ce décalage Ouest, on a eu plus de vent que tous les autres qui étaient dans notre Sud-Est ce qui nous a permis non seulement de recoller aux premiers mais même de passer devant, un peu avant Madère. On s’est retrouvés dans des conditions de vent où le bateau était super à l’aise, notamment le moment où on a battu le record des 24 heures ».

Et après ?

C’est pleins de bons souvenirs en tête que Ian et Adrien sont rentrés en France. Cette première course augure de belles surprises pour la suite du projet qui compte notamment une seconde Transat Jacques Vabre Normandie – Le Havre dans deux ans.

News suivante

News on board

ut Praesent adipiscing elementum in dolor