Retour Actualité |

Comme un frein

Depuis le 7 novembre, Ian Lipinski et Julien Pulvé ont parcouru près de 4000 milles sur la distance théorique, qui était de 4600 milles avec le passage obligé à travers les îles du Cap-Vert, et il leur en reste 743 milles à effacer pour rallier Fort-de-France. Dans la réalité, les deux marins du Class40 Crédit Mutuel ont fait bien plus de route, puisque la route théorique n’est jamais la plus rapide.

Rapide, en réalité, cette Transat Jacques Vabre ne l’a été qu’en de rares séquences, le long du Portugal et au plus près des côtes marocaines et mauritaniennes. Mais ce n’était certainement pas cette année que le record de vitesse sur 24 heures, détenu depuis le printemps par Crédit Mutuel, allait tomber.

Depuis 20 jours maintenant, Ian Lipinski et Julien Pulvé sont lancés à travers l’Atlantique, direction la Martinique. 20 jours… Oui, ça passe bien vite, le temps à terre ! Sur l’eau, c’est une tout autre affaire quand on navigue sur un bateau qui ne peut plus exprimer son plein potentiel depuis la rencontre malencontreuse et brutale avec un ofni (objet flottant non identifié) qui a profondément déformé le profil de l’aileron de quille. Par chance, Ian et Julien sont dans le sens du courant ; lui faire face aurait été encore plus pénalisant. 

Il n’en reste pas moins que la capacité de vitesse du Class40 Crédit Mutuel est dégradée et que, depuis le bateau n’est plus en mesure de répondre à leur objectif ultime : grimper sur le podium. A titre d’illustration, Jean Galfione et Eric Peron (Serenis Consulting), situés 3 milles dans le nord de Crédit Mutuel et juste devant au classement (13e), tiennent une vitesse moyenne de 11,8 nœuds sur les 24 dernières heures ; Ian et Julien, qui ne lâchent rien, ont progressé à une moyenne de 9,4 nœuds. 

Pardon ? Oui, vous avez raison : ça pique. Ça n’a jamais très bien volé, un planeur avec un parachute déployé à l’arrière… 

News

Actualité |

Vidéo de l’arrivée

Actualité |

À l’approche !