Retour Actualité |

De l’Europe à l’Afrique

Encore à hauteur du détroit de Gibraltar vendredi matin, le Class40 Crédit Mutuel a quitté les contreforts de l’Europe pour s’aventurer dans les eaux de l’Afrique. Samedi, Ian Lipinski et Julien Pulvé ont exploité le vent généré par le détroit de Gibraltar dont la trajectoire s’incurve le long des côtes. Ils ont passé l’île de Madère, direction les Canaries, qu’ils sont en passe de traverser en ce lundi. Hier, une méchante petite bulle de vents faibles a porté un vilain coup à la conquête des milles qui les anime depuis qu’ils ont été bloqués dans la pétole en Bretagne en début de semaine. Une dizaine de milles est venue s’ajouter aux 50 qu’ils concédaient toujours aux leaders de la course. « On a fait de bonnes choses, accepte Julien Pulvé. On n’a fait que revenir depuis une semaine. On est un peu décroché, mais on est dans le bon wagon. On n’est pas largué ».

Le duo est d’autant moins largué qu’en ce lundi matin, il actionne la phase 2 de la traversée des Canaries avec un plan bien en tête.

Option pression

Canaries phase 2. Hier, Ian et Julien ont pris le temps de choisir parmi les multiples options qui se présentent la trajectoire à adopter pour traverser l’archipel des Canaries. En ce lundi matin, les deux skippers de Crédit Mutuel mettent leur plan en action et, dans l’après-midi, ils auront pour mission d’en sortir le mieux possible afin d’entrer dans de bonnes conditions dans les alizés qui paraissent un poil plus vigoureux qu’ils ne l’étaient ces derniers jours.

Tandis que Volvo, 3e, a attaqué tout à l’ouest, à l’intérieur de La Palma et que le leader Redman longe actuellement la côte orientale de Ténérife, pour profiter d’une accélération du vent, Ian et Julien ont entrepris une plongée à l’est de Gran Canaria, le couloir le plus oriental à travers les Canaries. Ils visent, dans leur sud, la zone d’alizés la plus établie, qui promet un vent de nord-nord est d’une quinzaine de nœuds. Des conditions propices à la vitesse et qui dureront plus longtemps pour eux que pour leurs rivaux, qui vont devoir composer avec des vents plus instables, si les fichiers météo se révèlent juste, mais avec une route un peu plus courte à parcourir vers la marque de parcours située au Cap Vert.

A 72 milles des leaders, les deux marins du Class40 Crédit Mutuel jouent tous les coups à fond, sans se priver du plaisir de profiter un peu des conditions de navigation, comme le raconte Ian Lipinski : « C’est la première fois depuis une semaine que la vie à bord est agréable. Il n’y a pas de stress, il ne fait pas trop chaud, j’ai même pris ma première douche hier. On a de la chance d’être là… mais on aurait encore plus de chance si on était à plus 50 milles ! »

News

Actualité |

Le sens du partage

Actualité |

Le programme de la saison 2023