Retour Actualité |

Drheam Cup : le bel envol de Ian Lipinski !

Dès le départ de Cherbourg ce dimanche après-midi, le skipper Crédit Mutuel s’est placé aux avant-postes de la course. Il figure à la 5e place à l’issue de la 1ère nuit à bord et se réjouit « de tenir le rythme » alors qu’il longe la côte Sud-Ouest de l’Angleterre.  

Au cœur de la nuit, entre dimanche et lundi, Ian Lipinski a pris le temps de revenir sur son début de course. La voix est claire, le propos assuré et la trajectoire limpide. « On est le long des côtes anglaises, on tire des bords sous spi avec un peu plus de vent que prévu », confie-t-il. Une vingtaine de nœuds étaient en effet au programme, ce qui obligeait à « être particulièrement vigilant » pour la première nuit à bord.

« Ce qui est sympa, c’est qu’il y a du jeu » 

Et ça a commencé dès le départ, tant la concentration se devait d’être exacerbée. « Il y avait beaucoup de bateaux, ce qui ajoute forcément un peu de stress et nécessite une grande concentration ». Et de citer « ce trimaran qui a manqué son passage à la première bouée m’a obligé de virer de bord, me retrouver ainsi à bâbord avec toute la flotte qui m’arrivait dessus, ce n’était pas forcément confortable. » 

Garder son sang-froid, avancer coûte que coûte et ne rien lâcher : la méthode éprouvée par le skipper Crédit Mutuel, récompensée cette année (1er de la CIC Normandy Channel Race en mai dernier), porte ses fruits. « Il y a beaucoup de concurrents et nous sommes vraiment bord à bord, confie-t-il. Mais ce qui est sympa, c’est qu’il y a du jeu ». Le Class40 Crédit Mutuel s’est offert un long bord de reaching jusqu’à l’île de Portland où « l’envoi de spi s’est bien passé ». Ian se réjouit « d’être aux avant-postes ». Ce matin, le marin pointait à la 5eplace mais les écarts étaient minimes. Avec humilité et envie, il aspire simplement à retrouver ses habitudes au large – notamment en trouvant le bon équilibre pour « tenir le rythme » jusqu’au bout. 

News

Actualité |

Le programme de la saison 2023

Actualité |

Vidéo de l’arrivée