Retour Actualité |

« Heureux de retrouver le solitaire »

Le skipper du Class40 Crédit Mutuel est bientôt de retour sur l’eau ! Sitôt le bateau sorti de chantier, Ian Lipinski renouera avec la navigation en solitaire avec, en ligne de mire, la Route du Rhum Destination Guadeloupe, qui s’élancera de Saint-Malo le dimanche 6 novembre 2022. On fait le point !

Comment s’est passé le chantier d’entre-deux saisons ? 
Ian Lipinski: 
On sort du chantier avec un tout petit peu de retard : le travail de l’équipe technique Skipper Crédit Mutuel s’est concentré majoritairement sur notre quille endommagée durant la transat Jacques Vabre. Cela a requis un peu de temps d’intervention supplémentaire. Outre la quille, nous avons dû intervenir sur des enfoncements de la coque consécutifs à une collision et sur l’arbre d’hélice du moteur. On a aussi refait la carène et une retouche esthétique. 

Quelle a été la thématique générale des travaux ? 
Ian :
 Comme l’année 2022 est une année de courses en solitaire et que le bateau compte quelques milles au compteur, nous avons profité de cette pause technique un peu longue pour passer en revue toutes les sources d’avaries potentielles. C’est un peu mon obsession … avoir un bateau fiable ! Nous avons détecté quelques points à corriger et cela a été fait dans les temps. Le bateau se comporte  bien  depuis les évolutions faites l’an dernier. Mais comme tout changement induit des corrections à venir, je n’ai pas cherché à en faire plus. J’estime que le bateau est performant, et que j’ai plus à gagner en allant rapidement dans mes manœuvres et pour cela, il faudra longuement m’entraîner en solitaire.        

Physiquement, ce n’est pas le même engagement. Vous avez augmenté la charge de préparation ? 
Ian :
 Ah oui, je suis « à bloc » ! Je me suis moins investi dans le chantier que l’an dernier, et j’en ai profité pour passer un cap en préparation physique. Faire du sport me fait du bien : je n’ai plus 20 ans, mais 40. Les Class40 sont déjà des bateaux physiques : ils tapent, bougent, et les voiles commencent à être relativement lourdes. Pendant les trois semaines de la Transat Jacques Vabre, j’ai bien noté que les matossages (le transbordement du matériel) à chaque empannage sont éprouvants, même à deux. Même si l’engagement n’est pas le même en solitaire, je vais devoir déplacer mes sacs tout seul lors de la Route du Rhum. Je pense que ma condition physique sera un élément important de ma performance. Dans ma tête, ça l’est en tout cas. 

Quel est votre programme de préparation ? 
Ian :
 Je me prépare en salle avec ma coach. Je fais du cardio, du vélo, du squash, je joue au foot. Je reviens de dix jours à la montagne ; tous les matins, je partais faire trois heures de ski de fond, qui est excellent pour le travail d’endurance et qui procure de très agréables sensations de glisse. À chaque sortie, tu en apprends un peu plus. J’ai aussi découvert le wing-foil ! 

Et cela vous plaît ?

Ian : C’est très accessible, la mise en œuvre est aisée et il n’y a pas de problématiques de sécurité particulières : les gamelles ne sont pas violentes. Le décollage fait bien travailler le cardio, ça gaine bien le dos, et la planche me permet de travailler ma posture et les sensations associées.

Quel est le programme pour cette saison ?    
Ian :
 Le programme sera bien rempli avec une course par mois : l’année va débuter avec la 1000 milles des Sables, le 8 avril, en solitaire. Suivront la CIC Normandy Channel Race en mai, le championnat du monde Class40 en juin, la Drheam Cup en juillet. Après des vacances en août, la saison reprendra avec la 40 Malouine Lamotte (15 septembre) ; ce sera le dernier entraînement en mode course en solitaire avant la Route du Rhum Destination Guadeloupe (6 novembre).

Cela vous stimule de retrouver un programme de navigation en solo ?      
Ian : 
J’aime beaucoup ça, même si j’avoue avoir une certaine appréhension. (il réfléchit) Je pense que le solitaire m’a manqué. Pourtant, j’ai eu la chance de faire le tour des îles Britanniques, mais je n’ai plus couru en solo en course depuis la Mini 2017. Refaire un exercice que j’affectionne me donne un surcroît de motivation ! 

Qu’est-ce qui vous plaît tant ?      
Ian :
 J’aime me concentrer sur ce que j’ai à faire, plus que sur ce que je n’ai pas à faire. Je pense que je vais être très heureux de retrouver le solitaire. J’ai hâte de savoir ce que ça donne ! ».