© Copyright 2019 Crédit Mutuel
Retour Actualité | Sep. 2020

La chance sourit aux laborieux

Parfois, une reprise de pouvoir se joue sur une option payante, un petit coup de pouce du destin qui vous remet du vent dans les voiles un peu plus que chez les autres. Et, parfois, c’est la somme des efforts consentis qui permet de signer le jackpot.

Pour être tout à fait honnête, il y a toujours une somme de travail considérable derrière un placement judicieux par rapport au vent, et la chance en voile ne sourit qu’aux laborieux. Mais pour la situation qui nous intéresse, Ian Lipinski et Julien Pulvé ont mis les bouchées doubles, triples, quadruples (!) pour se défaire de l’emprise d’Antoine Carpentier et Nicolas Groleau, qui tenaient fermement la première place depuis la journée de lundi.

On vous raconte ? Le renversement de situation s’est joué sur une vingtaine de milles, entre le cap Lizard, la pointe sud-est de l’Angleterre, et Land’s End, la pointe sud-ouest de cette côte aux allures de langue de vipère. Au cap Lizard, le Class40 Crédit Mutuel est trois milles derrière Redman, et les deux bateaux commencent par s’éloigner un coup de la côte, sur la route la plus directe vers le point B. Et puis, tandis qu’Antoine Carpentier et Nicolas Groleau optionnent vers le large, par appétence ou par prudence (leur bateau vient à peine de sortir du chantier), Ian et Julien prennent la décision de tricoter le long de la côte.

Si près de la côte qu’ils auraient pu se faire livrer un café au passage. Si près de la côte sauvage et déchirée du « bout du monde anglais » qu’il leur a fallu multiplier les efforts pour enchaîner 28 manœuvres en à peine 8 milles. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers, et ainsi de suite, jusqu’à pointer l’étrave vers la mer Celtique et planter le regard sur l’Irlande.


De cette somme d’efforts est venu le plus réconfortant des résultats : en 20 milles, Crédit Mutuel est passé de -3 milles sur la tête de la course à +4 milles ce matin à 7 heures ! Et les cartes ont été redistribuées, les plus audacieux parmi les cailloux ayant tous bénéficié de leur opération tricot.

Cette journée de mercredi promet d’être longue : la flotte remonte au près (vent de face) le long de l’Irlande à une vitesse de 6 nœuds environ ce matin. Sur la route, un large DST (Dispositif de séparation du trafic) interdit le passage des voiliers, signe que le fret maritime doit être imposant dans ces lieux. Ian et Julien doivent déjà avoir en tête leur plan du jour. Mais c’est un nouveau passage à niveau qui se profile, et la menace de voir les cartes redistribuées. Drôle de sport quand même que la voile : on ne peut jamais se reposer sur ses lauriers.

News suivante

News on board

dictum Phasellus justo dapibus massa tristique