Retour Actualité |

La grande empoignade

Ce dimanche 15 mai à 13h30, Ian Lipinski et Ambrogio Beccaria ont coupé la ligne de départ de la 13eCIC Normandy Channel Race. Le début d’une bataille navale qui va opposer 30 duos, parmi lesquels le tandem compte bien placer son class40 Crédit Mutuel dans le peloton des favoris.  

Partie dans des conditions moins toniques que l’an dernier et sous la noirceur de nuages orageux, la flotte a pris possession des eaux de la Manche une fois parée la bouée de dégagement. À son passage, le Class40 Crédit Mutuel a viré en 6e position. La petite dizaine de nœuds de vent qui a stimulé le départ va rapidement laisser place à des conditions plus légères, de celles qui mettent à l’épreuve les petits nerfs des skippers. S’annoncent en effet de tout petits vents de sud – sud-ouest de l’ordre de trois nœuds. Pire : une dorsale sans vent barre la route en se déplaçant dans le sens de navigation des Class40. Elle s’éteindra dans la soirée de dimanche à lundi pour laisser place à du vent de sud – sud-ouest qui atteindra 14 nœuds au meilleur de son potentiel. De quoi permettre aux doubles engagés de s’ébrouer. 

La CIC Normandy Channel Race est devenue une classique du calendrier. Sa longueur – 1000 milles théoriques environ – stimule l’intensité de l’engagement des duos. Son parcours se révèle également très technique. Si la première marque obligatoire aux îles Saint-Marcouf a été ôtée du programme, compte tenu des orages qui sévissent sur zone – et qui secoueront la flotte toute la nuit à venir –, les autres points de passage dessinent le cadre d’ébats enflammés. Direction donc vers l’île de Wight, la vigie du Solent. Suivrontune longue, superbe et ardue trajectoire le long des côtes anglaises pour aller vers le Tuksar Rock, au nord-est de l’Irlande, et une redescente jusqu’au Fastnet. Une fois passé le plus mythique rocher irlandais, la flotte entamera la route du retour avec une marque à Guernesey et les fameuses îles anglo-normandes où Ian Lipinski et son équipier d’alors, Gwénolé Gahinet, avaient vu débouler la concurrence dans leur train arrière alors qu’ils menaient la course, et un dernier bout de route très hasardeux jusqu’à la ligne d’arrivée, mouillée à Ouistreham… où la victoire se joue régulièrement sur le fil. L’arrivée de bateaux neufs dans la flotte va rendre la partition encore plus difficile à suivre pour le duo Crédit Mutuel dont l’équipe a déjà signé une première victoire en réussissant, à terre, à remettre en parfait état de navigation et en un temps record un bateau chahuté après la 1000 Milles des Sables.