© Copyright 2019 Crédit Mutuel
retour Retour
Préparatrice

Vittoria Ripa di Meana

Longtemps Vittoria a eu une idée fixe : fréquenter la course au large. L’Italie, où elle est née, est une terre de régates, de voile de propriétaires, qui ne s’aventure que sporadiquement sur les routes du large. « En France, dit Vittoria Ripa di Meana, vous avez un terrain de jeu qui est plus grand que la Méditerranée ou l’Adriatique. On n’a pas, en Italie, un port où se côtoient 20 Class20, 10 Imoca et trois Ultime… Lorient, c’est la Mecque du large ».


Pour rejoindre Lorient, donc, c’est facile : il faut d’abord prendre la route de La Spezia (au nord-ouest de l’Italie, là où le tibia bute sur la « botte ») où la prestigieuse faculté de Gênes étend son royaume et le décline au monde maritime… puis faire son sac et rejoindre la Bretagne.

La Spezia, c’est un peu le pendant italien de la très réputée faculté de Southampton. Vittoria y a appris l’architecture navale. Pour son mémoire de fin d’études, elle y a dessiné un Class40. « Ce qui est drôle, c’est que j’avais fait une étude sur les scows, les bateaux à étrave ronde. En faisant mon mémoire, je ne savais pas du tout si ça pouvait fonctionner. J’ai découvert que ça marche très bien, en découvrant Crédit Mutuel ! »


Pour le projet de Ian, Vittoria est préparatrice. La trappe arrière du Class40 de Ian Lipinski a été un de ses récents sujets d’intervention, comme la porte de la descente. Vittoria aime bricoler, imaginer les solutions, concrétiser ce que son cerveau d’archi a envisagé. Encore en phase d’apprentissage, elle additionne les savoirs théoriques et pratiques, et ambitionne pouvoir, un jour, embrasser un rôle plus décisionnel. C’est plus intime, mais les aventures passionnelles le sont : Vittoria connaît Ian depuis 2017 :  elle partage sa vie avec Ambrogio Beccaria, skipper de la classe Mini qui a survolé la saison 2019 en série, s’imposant sur 4 des 6 épreuves de la saison, dont la Mini Transat. Vous ne devinerez jamais à qui Ambrogio a acheté son premier Mini… A Ian, eh oui. Et vous devinez qui l’a aidé à préparer son bateau ? Vittoria, forcément.

non adipiscing ut luctus justo in