© Copyright 2019 Crédit Mutuel
Retour Actualité | Juil. 2020

Un bon week-end d’astreinte

Illustration : Départ pour la tentative de record des îles Anglo-Normande

Cette nuit, ou plutôt au tout petit matin, vers 4 heures, Ian Lipinski est parvenu au nord de l’Ecosse et des îles Shetlands. Il a viré de bord, enroulé les côtes d’une beauté sauvage et changé de dimension.

Depuis quatre jours, le skipper Crédit Mutuel trime, à la poursuite du record du tour des îles Britanniques. Et pour tenter de battre ce record, Ian et son Class40 ont commencé par se frotter à la zone de navigation la plus complexe : la Manche et tous les pièges de la civilisation qui y affleurent. Tout le weekend, le combat que Ian a mené s’est fait contre le temps, celui du record, et contre le temps, celui qu’il fait. Son objectif était d’arriver le plus vite possible à la pointe de l’Ecosse pour éviter de se faire manger par une puissante dépression à hauteur d’Edimbourg.

Ian l’a fait, et il se sert déjà de l’arrière de cette dépression, qui génère des vents rapides qui vont dans le sens de son jeu. Vent de travers, Ian cavale depuis ce matin tout à l’ouest des îles Britanniques, dans un flux venteux de 20 nœuds qui lui permettaient d’avancer à 18,8 nœuds ce matin.

En début de week-end, Ian comptait environ 200 milles d’avance sur le record de Phil Sharp. Il n’en comptait « plus » que 30 d’avance ce matin à 6h30, quatre jours exactement après son départ du cap Lizard. Oui, c’est complexe, de battre un record, mais le fait qu’il ait été capable de préserver un compte créditeur est un très bon signe, d’autant que la météo des prochains jours est propice à la vitesse.
Oui, Ian a bien travaillé ce week-end ! 

Lundi 6 juillet, 6h30

- Avance : +30 milles

- Distance au but : 858,1 milles 

- Distance théorique parcourue : 887,4 milles 

- Vitesse moyenne théorique : 9,6 nœuds 

- Distance réelle parcourue : 1004,2 milles

- Vitesse moyenne réelle : 10,9 nœuds
News suivante

News on board